détective sauvage

” Qui chante là quand tout se tait?”

Singulier au jardin

singulier.jpg

Petit peuple, grand peuple, le jardinier singulier est arrivé au jardin et lui aussi
attend.
On ne sait quoi attend.
Printemps, premier temps d’exister.
Attend sans impatience, attend.
Amitié, autre temps d’exister.
Pluie, soleil attend.
Visage de rouille,
nez d’arrosoir,
joie d’etre là.
Comme ça.

5 Comments so far

  1. Caroline April 21st, 2008 9:36 am
  2. Sylvie Durbec April 21st, 2008 10:13 am

    C’est vrai…Juste milieu de la route, diffficile à tenir.
    Mais il est beau, non, mon singulier?

  3. Mth CAUSEUSE April 28th, 2008 5:03 am

    La Nature ( BONNE ou MAUVAISE ?) est toujours débordante. Les routes qu’on y trace en débroussaillant, déboisant à tout va , creusant d’interminables tunnels, des ponts de légende… etc… nous sont toujours un peu étrangères. Il n’est guère que le petit chemin personnel qu’on s’invente en dégageant à deux mains les branches, à hauteur de regard, qui nous permettent de mener l’enquête… Oui, les petit & grand Peuples ont toujours des sourires rouillés et des profliférations silencieuses que nous n’interrogerons qu’à huis-clos. Nous boirons la rosée des petites vérités sous la tonnelle de nos présences. Semis printaniers !

  4. Sylvie Durbec April 28th, 2008 6:54 am

    Pour l’instant je reste avec le goût de la rouille et de l’herbe ensemble.
    Toujours un peu étrangère.
    Mais avec. Et de temps en temps sans.

  5. Mth CAUSEUSE April 28th, 2008 2:17 pm

    Parfait !

Leave a reply

  boinkme